La Dentelle

C'est au XVè siècle que la dentelle proprement dite prend naissance. Mais c'est au XVIè siècle qu'elle se développe vraiment grâce à la naissance de la mode des fraises. Ces dernières, en effet, nécessitaient une grande quantité de dentelle. Venise fut alors le centre de fabrication de la dentelle à l'aiguille alors que les Flandres et l'Auvergne se spécialisèrent dans la dentelle aux fuseaux.

   Tout le monde alors raffole de la dentelle, les hommes comme les femmes. Il ne se trouve pas un vêtement sans dentelle : on en trouve sur les gants, sur les manchettes, sur les cols, sur les haut-de-chausses, les robes, les jupons, etc., et même dans l'ameublement et sur les carrosses. Devant cet afflux considéré comme abus, plusieurs édits en interdiront son port à la fin du règne de Louix XIII.
Mais Louix XIV et Colbert rénoveront l'industrie dentellière française. Ils attireront des dentellières vénitiennes et, dès 1665, Alençon sera fondé. A côté des points d'Alençon, apparaîtront bientôt les points de Bruxelles et d'Argentan. C'est sous le règne du Roi Soleil que la dentelle à l'aiguille atteindra son apogée. La vogue se portera sur les dentelles de Valenciennes, de Chantilly et de Malines. L'industrie dentellière française sera réputé dans le monde entier. Elle emploiera jusqu'à 80 000 personnes, essentiellement des femmes qui trouveront là le moyen d'exercer un travail rémunéré tout en restant très près de leur foyer. Colbert imposera le port de dentelles françaises et ferma les frontières à l'importation.

La révocation de l'édit de Nantes mettra en péril cette profession, les fabricants et les dentellières s'enfuiront alors vers des pays voisins plus tolérants comme la Hollande ,l'Allemagne, l'Angleterre et la Suisse. Après une apogée sous Louis XV, le régne de Louis XVI et la révolution verront sa presque disparition : durant douze ans, il ne se fera plus aucun point.

Napoléon 1er la fera renaître. Il protégera les usines d'Alençon, Bruxelles et Chantilly. La dentelle sera à nouveau portée en quantité extraordinaire. Napoléon III lui aussi protégera les fabriques et de nouveaux marchés seront conquis (l'Amérique du Sud, la Havane et l'Espagne).

Le XXè siècle sonne le glas de la dentelle, malgré l'ouverture de centres d'apprentissage. L'industrialisation, la 1ère guerre mondiale font que les femmes se tournent vers des métiers mieux payés. D'artisanat qu'elle était, la fabrication de la dentelle fait appel maintenant à de nouvelles techonologies très sophistiquées. La création de nouvelles fibres élastiques fait qu'elle est devenue une matière première de rêve pour l'industrie de la lingerie.


(Bibliographie : "La dentelle : une industrie de l'Arabesque - Claude Fauque - Editions Syros - 1995" - "Les industries de l'habillement - Jean Allilaire - 1947")

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir